Pages Menu
Rss

Le tour du monde en 365 jours !

Categories Menu

Publié par le 7 Déc, 2015 dans Voyage Japon | 0 commentaire

A la découverte d’un monde entre la Chine et le Japon

A la découverte d’un monde entre la Chine et le Japon

Entre la Chine et le Japon, il n’y a que la mer – une idée très répandue, et inexacte, pourtant. Il existe un archipel nommé autrefois Royaume des Ryûkyû, aujourd’hui le département japonais d’Okinawa. Ces îles s’étendent très au sud dans le prolongement du Japon métropolitain, en face de la province du Fujian jusqu’aux eaux de Taïwan.

2comp

De tout temps, la culture d’Okinawa intriguait les pays proches et lointains par son originalité et richesse – les ports de ces îles regorgeaient des bateaux chinois, japonais et ceux de divers royaumes d’Asie du Sud-Est. Or, Okinawa ne se résume pas à cette effervescence, mais possède des racines qui s’ancrent dans le réseau des cultures insulaires du Pacifique et, en créant son héritage propre, elle a su garder des influences chinoises et japonaises.

Si vous avez envie de plonger dans cette atmosphère hors commun – embarcation immédiate ! Et pas dans une croisière touristique, mais directement dans un vaisseau de cet ancien royaume…

Le livre intitulé Un clan d’Okinawa-Les Tamanaha de Shuri est une première en France et sous doute dans le monde francophone.

Reposant sur plus de deux années d’entretiens réalisés auprès du patriarche de ce que l’on nomme munchuu à Okinawa, c’est-à-dire un clan, cet ouvrage nous transporte dans un monde peu connu sous nos latitudes.

1

Certains connaissent Okinawa pour son karate, ses plages paradisiaques, et malheureusement la bataille qui opposa les forces alliées à l’armée nippone, au beau milieu de la population civile, mais tout cela reste fragmentaire.

Les auteurs, J. Holotova et JC. Juster, nous font découvrir pratiquement tous les éléments de la civilisation d’Okinawa : artisanat traditionnel apprécié dans tout le Japon, son histoire, sa géographie et sa topographie, et bien sûr sa langue. Car on a tendance à l’oublier, mais Okinawa, aussi connu sous le nom de Ryûkyû, possède une langue propre, tellement riche qu’elle est en soi un système, avec à l’intérieur des langues, d’un point de vue linguistique, composées de dialectes. Une telle richesse est vraiment fascinante. Toutefois, tous ces éléments, d’ordinaire présentés dans des publications universitaires, sont exposés de façon simple et claire, permettant au lecteur totalement profane de ne pas être perdu, pour au contraire acquérir des connaissances.

4comp

Le livre comporte neuf chapitres bien agencés dans la mesure où au fil de la lecture, les éléments s’enchaînent, s’assemblent pour nous dresser un tableau de plus en plus fin d’Okinawa à travers le clan des Tamanaha. Chacun est dédié à un thème précis, traité au travers d’un élément de la vie de cette lignée. C’est le point fort de l’ouvrage : c’est en suivant les célébrations, pas toujours religieuses au sens où on l’entend en Occident d’ailleurs, tenues au cours de l’année, qu’un point culturel est abordé par les Tamanaha eux-mêmes, puis développé, analysé et expliqué par les auteurs.

On comprend vite que les Tamanaha sont le reflet de la société de ces îles : personnes parfaitement intégrées dans le monde moderne où elles occupent des activités professionnelles conséquentes, ils vivent en harmonie avec leur environnement et se savent entourer des esprits de leurs ascendants et de la nature qu’ils veillent à ne pas contrarier.

Ce livre garni d’une bonne centaine de pages de photographies couleur nous immerge dans un monde ayant tissé des relations viscérales avec son environnement naturel et ses dieux, au plus profond de sa cohésion et de sa prospérité gardées par les prêtresses et chamanes.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *