Pages Menu
Rss

Le tour du monde en 365 jours !

Categories Menu

Publié par le 13 Août, 2014 dans Voyage Chine | 1 commentaire

Travailler et étudier en Chine

Travailler et étudier en Chine

Étudier en Chine

La première étape: s’inscrire dans l’université de votre choix. Pour cela, l’étudiant peut utiliser le système CUCAS qui permet de s’inscrire en ligne dans une des 6 universités proposées. La deuxième solution consiste à envoyer un dossier via le site de l’université. Dans tous les cas, les dossiers devront être envoyé entre décembre et janvier de l’année précédente pour être dans les délais.
Les documents nécessaires lors des inscriptions aux universités chinoises sont la plupart du temps : diplômes de l’enseignement supérieur, diplôme du baccalauréat, résultats de l’année précédente, une lettre de motivation, une lettre de recommandation d’un professeur et une lettre de recommandation d’une entreprise (si expériences professionnelles).

Si vous souhaitez étudier en Chinois, il vous faudra passer un test spécifique, le HSK pour « Hanyu Shuiping Kaoshi »attestant de votre niveau, pour tout autre formation que l’apprentissage de la langue sur place. Pour étudier en Anglais, vous devrez passer les tests du TOEFL ou de l’IELTS et prouver que vous avez un niveau suffisant, à la même hauteur que les universités anglaises, c’est à dire un score de 80 au TOEFL et au moins 800 au TOEIC.

Enfin, une fois la lettre d’admission reçue de la part de l’université, l’étudiant souhaitant partir étudier en Chine va devoir choisir entre trois types de visa, selon la durée du séjour à effectuer sur place.
Une fois les dossiers renvoyés, il faut attendre une « notification d’admission » de la part des universités. Si la réponse est positive, l’étudiant recevra les formulaires de demande de visa (1 mois d’attente). Si la durée des études excède 6 mois, le visa « X » destiné aux étudiants sera le plus approprié. Dans les autres cas, un visa « F » (valide 6 mois) ou « L » (30 jours renouvelable une fois) suffit.

Travailler en Chine

Vous avez envie de sauter le pas et de venir travailler dans ce pays en pleine expansion ? Sachez qu’il vous faudra beaucoup plus qu’une envie pour vous installer dans un pays comme la Chine, aux antipodes de ce qu’est la vie en Europe.
Si vous décidez de venir sans V.I.E ou en tant qu’expatrié par votre entreprise, soyez prêt à accepter un contrat local, que ce soit dans une entreprise chinoise ou étrangère. Le salaire sera loin d’être mirobolant, mais c’est ainsi que la plupart débutent.

Frappez à toutes les portes et sachez mettre en avant vos différences. L’employeur doit pouvoir justifier pourquoi il vous embauche à la place d’un Chinois, à compétences (quasi) égales. Même si vous êtes diplômé d’une grande école ou que vous avez fait des études prestigieuses, vous devez rester humble.
Si vous êtes courageux (et que vous avez une certaine facilité à apprendre les langues), misez aussi sur l’apprentissage du cantonnais : un bon plus si vous souhaitez vous établir à Hong Kong.
Le mandarin restera tout de même la langue de prédilection et sera très appréciée de vos interlocuteurs. Quant à l’Anglais, à défaut du mandarin, vous devrez au moins savoir le parler couramment. Bon nombre d’entretiens et de négociations se passent en Anglais. Ne négligez pas ce point !

Soyez tout de même avertis: la seule solution légale pour travailler en Chine reste l’obtention d’un visa « Z » qui vous permet de rester un an sur le territoire et d’obtenir un permis de travail. C’est en général l’entreprise qui vous embauche qui se charge des démarches.
Pour un premier visa « Z », vous devez l’obtenir depuis la France et devez fournir : dossier médical complet, lettre d’invitation, « business license » de l’entreprise, passeport, copie des diplômes, justification de plus de 2 ans d’expérience de travail et justifier d’un minimum de 4 ans d’études (bachelor degree).

Cet article vous est proposé par Zunest, spécialiste du logement pour expatriés en Chine.

1 Commentaire

  1. Merci pour cet article. J’ai eu l’occasion d’aller etudier en chine a Pekin pendant 4 ans, et j’avoue que les etudes en chinois ne sont pas aises pour un etranger car le barrage linguistique est tres visible. Aussi pour qu’un employe chinois engage un etranger, c’est tres clair que la loi chinoise demande qu’il justifie pourquoi il prefere prendre un etranger a la place d’un chinois.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *