Pages Menu
Categories Menu

Publié par le 16 Oct, 2020 dans Agence de Voyage | 0 commentaire

Pourquoi les compagnies low-cost se placent toujours dans la course en matière de prix de billet d’avion ?

Pourquoi les compagnies low-cost se placent toujours dans la course en matière de prix de billet d’avion ?

Bien que la pandémie Covid 19 ait mis du plomb dans l’aile du trafic aérien, celui-ci subsiste tant bien que mal malgré les plans sociaux et les licenciements massifs.

Cependant, depuis plusieurs mois, les agences aériennes low cost sont décriées à cause des annulations successives de vol et le non-remboursement des billets.

Néanmoins, la pratique montre que les clients ne reculent devant rien et sont toujours aussi obstinés à acheter des billets d’avion qui préservent à la hausse les chiffres de leur compte en banque.

Zoom sur les pratiques de ces agences qui vous transportent tant bien que mal à des prix défiants toute concurrence. 

Du tourisme à l’étranger moins cher qu’un billet de train national 

C’est tout le pari qu’ont réussi à surmonter les compagnies EasyJet et Ryanair. Et que vous le vouliez ou non en vous vendant au mois de Novembre un billet d’avion aller-retour Toulouse-Fès à 49 euros, elles sont toujours gagnantes. Nous vous proposons donc à travers quelques exemples de comprendre cette stratégie hors du commun.

Premièrement, vous le savez tous. En achetant un billet low cost, vous convenez que le service à bord sera minimum. C’est à dire qu’un seul bagage à main gratuit est autorisé. Et dans le cas où un bagage à soute est embarqué, vous payez le prix fort (à peu près 10 euros par kg). Du coup, votre billet d’avion pas cher se transforme en un véritable cauchemar financier.

Cependant, en s’y prenant bien à l’avance, il est possible à partir de la France de se rendre dans n’importe quelle destination européenne pour un prix dérisoire. Ces prix très concurrentiels sont très souvent moins chers qu’un billet de train TGV. 

Des aéroports délocalisés aux alentours des grandes métropoles européennes 

Parmi les critères essentiels à la politique de bas prix des compagnies low cost, le lieu d’atterrissage des avions est à prendre en considération. Ici, nous allons prendre l’exemple concret des deux plus grandes mégalopoles d’Europe de l’Ouest.

Dans notre premier cas illustratif, si vous souhaitez vous rendre à Londres avec Ryanair, le prix défie toute concurrence. Cependant, l’avion ne se rendra pas à proximité de la ville (aéroport de Heathrow ou Gatwick).

En effet, votre destination d’arrivée sera l’aérogare de Stansted situé à une heure et demie de bus du centre londonien. Un prix justifié, car les taxes aéroportuaires sont beaucoup plus basses et permettent de désengorger les deux principaux aéroports de la région.

Dans notre second cas de figure, les routes du soleil à partir de Paris sont à prix cassé à partir de l’aéroport Tillé dans l’Oise. Du centre de la capitale, il vous suffit d’emprunter une navette Beauvais jusqu’au terminal souhaité.

La politique tarifaire basse est aussi motivée par la délocalisation du trafic vers Beauvais qui ne profite pas à Roissy Charles de Gaulle et Orly.

La raison fondamentale à une politique commerciale à moindre coût

Pour beaucoup, il est inconcevable qu’une place d’avion puisse au minimum être vendu à 9,99 euros aller. C’est en effet, le prix le plus bas trouvé sur Internet pour une destination donnée pratiqué par les compagnies aériennes à bas prix.

Or, ce billet électronique n’est sûrement pas vendu à perte comme vous auriez tendance à le penser.

Effectivement pour pratiquer des prix aussi bas, les compagnies low cost ont mis en place une stratégie bien rodée.

Les vols à bas prix ne sont que des rapatriements d’avion vers des aéroports importants pour réaliser d’autres trajets.

Pour preuve, un avion resté sur le tarmac à Grenade en Espagne doit être rapatrié à Amsterdam pour réaliser une ligne jusqu’à  Prague à prix normal. Ici, c’est le vol commercial Amsterdam Prague qui est sollicité.

Pourtant, l’avion en question doit être rapatrié sur Amsterdam avant de réaliser son but. Ici, la compagnie low cost va tout simplement procéder à une promotion alléchante pour le premier tiers des places vendue entre Grenade et Amsterdam.

Afin d’éviter que l’avion ne décolle à vide, elle rentabilise les sièges par des promo flash. Ensuite, une fois que son quota de siège est rempli, elle commencera à augmenter ostensiblement les prix.

Au final, cette stratégie tarifaire est toujours à l’avantage de la compagnie aérienne et ne concerne que des vols très ciblés : les rapatriements de vol à bon quai.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *